Risques liés à l’implant dentaire

L’implantologie dentaire est devenue une discipline simple, fiable, sûre et reproductible.

– la quasi totalité des implants existant étant de forme vis (cylindrique ou cylindroconique) les séquelles en cas d’échecs sont inexistantes, quelques douleurs peuvent existé mais elles sont faibles et de courte durée.

Clinique dentaire1Clinique dentaire2

Clinique dentaire3Clinique dentaire4

Ainsi le patient peut profiter d’une technique bien établie et rationnelle.

Néanmoins, dans certains cas, un implant dentaire peut ne pas s’ostéo-intégrer. Des sensibilités, voire des douleurs peuvent être au rendez-vous. Il peut s’agir d’un problème d’échauffement de l’os lorsque le forage a été trop brutal et sans irrigation suffisante. Lors de la mise en place de l’implant, on « asperge » automatiquement l’os de sérum physiologique pour éviter un échauffement. L’os autour de l’implant s’est nécrosé. Une infection peut parfois survenir.

Les suites opératoires sont souvent anodines mais un œdème ou un hématome peut apparaître. Il ne s’agit pas là d’un échec.

Dans certains cas, plus graves, heureusement peu fréquents, un nerf peut être lésé (nerf dentaire inférieur de la mandibule). Si le nerf n’est qu’effleuré, il peut y avoir une perte de sensibilité de la lèvre inférieure réversible. Cependant, si le nerf est gravement touché, ce trouble peut être définitif. Ce cas est heureusement très rare.

Trouver un centre d’implantologie dentaire à la Défense
Recommandations à l’attention des patients